Mois : septembre 2012

Découvrez la caisse « Lieux-Dit » du domaine Jacques Selosse

Vous connaissez certainement la collection de 3 lieux dits actuels du domaine Jacques Selosse, mais après la vendange 2012 cette collection va s’étendre pour atteindre 6 cuvées.

 

Cette caisse comportera la totalité de la collection « Lieux-Dit » avec  les 3 cuvées Blanc de blanc et 3 cuvées Blanc de Noir suivante :

 

– Lieux-dits : « Les Carelles » Cuvée parcellaire du Mesnil-sur-Oger, 100% Chardonnay
– Lieux-dits : « La Côte Faron » Cuvée parcellaire d’Aÿ, 100% Pinot Noir
– Lieux-dits : « Le Bout du Clos » Cuvée parcellaire d’Ambonnay, 100% Pinot Noir
– Lieux-dits : « Les Chantereines » Cuvée parcellaire d’Avize, 100% Chardonnay
– Lieux-dits : « Sous le mont » Cuvée parcellaire de Mareuil-sur-Aÿ, 100% Pinot Noir
– Lieux-dits : « Chemin de Châlons » Cuvée parcellaire de Cramant, 100% Chardonnay

 

Le pressurage champenois

La Champagne fait partie des vignobles les plus réglementés et son pressurage ne fait pas exception, on peut même parler d’un des plus stricts au monde.

Il bénéficie d’une réglementation rigoureuse encadrée par un agrément depuis 1987.

Les grappes de raisins qui ont été cueillis obligatoirement à la main (la machine à vendanger est totalement interdite) doivent être déposées intact dans le pressoir, ce qui sous entend aucune opération mécanique sur les raisins avant qu’ils ne soient pressés.

Le rendement est également réglementé, il faut 102 litres de jus AOC pour 160kg de raisins, cela permet d’obtenir des jus de très bonne qualité et non taché.

Dans le pressoir, la pression qui est exercée sur les raisins est  souvent comprise entre 1 et 1,60 bars et ne doit pas excéder 2 bars. Autre particularité, la montée en pression doit se faire par palier pour garantir une presse constante et délicate. La durée de pressurage est comprise entre 3 à 4 heures pour un marc de 4000 kg.

 

Le jus une fois sortie du pressoir doit être obligatoirement fractionné en 2 parties :

La « cuvée » : Obtenue en 3 presses (monté en pression) elle représente les premiers jus (situés dans la zone médiane de la baie de raisin). Elle a la particularité d’être plus riche en pulpe, en sucre, en acides (tartrique et malique) et surtout elle est précurseur d’arômes. Elle apportera de la finesse, fraîcheur et de subtils arômes. Elle possède également un excellent potentiel de vieillissement.

La cuvée doit représenter 20,50 hl pour un marc de 4000kg.

La « taille : Elle représente les derniers jus, elle a la particularité d’être aussi riche en sucre que la « cuvée”, mais avec moins d’acides, plus de minéraux et également plus de couleur (pour les cépages noirs : légère teinte rosée souvent appelée Œil de Perdrix). Elle apportera de la minéralité, de la rondeur, du fruit et surtout de la matière au Champagne.

La taille doit représenter 5 hl pour un marc de 4000kg.

 

Le saviez-vous ? : Un marc de 4000 kilos donne l’équivalent de 13 fûts de vin de 205 litres chacun ( 205 litres = barrique champenoise)

Dégustation : Champagne Jacquesson, Aÿ – Vauzelle Terme 2002

La cuvée parcellaire Aÿ – Vauzelle Terme 2002 est une parcelle de 30 Ares de Pinot Noir plantée en 1980. Sol fortement calcaire mais moyennement argileux, riche en cailloux de meulière. Parcelle orientée plein sud.

À l’œil :

Robe d’un léger jaune évoluée.

Mousse onctueuse et délicate.

Au nez :

Premier nez frais et brioché.

Une belle minéralité sur des notes crayeuses.

Pour finir sur une légère note évoluée, mais délicate et fine.

En bouche :

Le premier palais est complexe et structuré.

Ensuite une légère minéralité laisse place à une complexité bien assise.

Une belle matière qui sert de structure à ce vin puissant, avec une maturité.

Un vin profond et complexe, un véritable bonheur !

 

Conseil : Un Champagne à déguster simplement ou avec un fromage (dés de Grana Padano).

 

Prix : environ 130 €

 

La Grande Année 2004 de Bollinger est arrivée !

Il m’était impensable de ne pas vous faire découvrir le nouveau millésime de la Grande Année !

La Grande Année, célèbre cuvée de la maison Bollinger est élaboré en petits fûts de chêne anciens afin de ne conférer aux vins ni goût de bois ni tanin, pour que s’expriment aux mieux leur complexité aromatique et leur potentiel de vieillissement.

Il faut pour cela à l’origine, des vins d’une qualité exceptionnelle : c’est pourquoi les raisins entrant dans l’élaboration des millésimes de La Grande Année proviennent à 100% de Grands et Premiers Crus. Après la mise en bouteille, la prise de mousse et la lente maturation en cave s’effectuent sous bouchage liège afin de les protéger au mieux de l’oxydation et de préserver ainsi la fraîcheur des vins, le bouquet et la netteté de leurs arômes. Le mûrissement sur lies dure au moins 6 ans et parfois davantage.

Après remuage et dégorgement manuels pour gouter la mousse et déceler s’il y a un goût, La Grande Année bénéficie d’un dosage faible (de 7 à 9 g/l) puis repose encore trois mois au moins en cave avant expédition, le temps de permettre au vin d’assimiler la liqueur d’expédition et de retrouver son équilibre. Ces partis pris de vinification, rares en Champagne, signent à la fois le style Bollinger et une exigence absolue de respect et de qualité des raisins et des vins.

 

La Vendange 2004 vue par Bollinger :

L’année viticole s’est caractérisée par les faits suivants :

• La température moyenne annuelle est inférieure à celle de 2003 – année caniculaire – mais aussi à la moyenne décennale en Champagne. Le débourrement intervient classiquement vers mi-avril.

• La pluviométrie annuelle en 2004 est très en dessous de la normale champenoise. En revanche,les quinze derniers jours du mois d’août sont très pluvieux.

• Dans une ambiance où les ravageurs de la vigne sont assez discrets, l’oïdium fait une apparition précoce et massive. De nombreux dégâts sont constatés jusqu’à la vendange, particulièrement dans les parcelles de Chardonnay.

• Malgré un bref épisode de gel fin mai, le potentiel de production – estimé par le comptage de grappes par pied – est important.

• Les pluies de fin de saison font gonfler les raisins et, malgré un mois de septembre sec et venteux, la vigne peine à faire mûrir cette récolte.

• La vendange débute donc fin septembre pour se prolonger jusqu’à mi-octobre. L’été indien permet à la Champagne de récolter des raisins indemnes de botrytis.

• Chez Bollinger, la vendange s’étale sur 2 semaines du 25 septembre au 8 octobre.

• Le rendement moyen à la vendange dans le vignoble Bollinger est de 16 898kg/ha, pour un degré moyen de 9,8° et une acidité de 7,3 g/l.

 

Le prix de la Grande Année est modifié avec la sortie de ce millésime 2004, vous la trouverez au prix moyen de 100€.

Champagne Henriot, Trilogie Artistique des Rosés Millésimés

Cette année la maison Henriot a décidé de sélectionner trois artistes très prometteurs pour travailler et sublimer trois cuvées prestigieuses. Ces cuvées sont composées de 3 rosés millésimés :

Carte blanche à Richard Fauget Rosé millésimé 1988

Le monde de Richard Fauguet part du réel le plus ordinaire pour atteindre l’extraordinaire. Inspiré par Michel Duchamp son monde est basé sur l’usage des objets du quotidien, détournés dans un esprit « Ready made ».

Pour créer son flacon, il a donc joué sur les effets de matières et de contrastes en perforant l’étui d’origine pour lui donner une dimension pétillante et en habillant la bouteille d’une robe métallisée.

Ce Rosé Millésimé 1988 devrait être d’une très belle richesse aromatique sur des notes florales et d’agrumes.

 

 

Carte Blanche à Anne-Laure Sacriste sur le Rosé Millésimé 1989

Anne-Laure Sacriste a pour prédilection le paysage marqué par le romantisme. Elle crée en général sur bois avec des couches transparentes de peinture.

Pour habiller le flacon, elle a choisi de réaliser une superposition de couches irisées qui crée un effet de transparence et de profondeur sur le flacon.

Pour ce millésime 1989 on imagine déjà une teinte orange-rose, des notes de fruits confits exotiques.

 

 

 

Carte blanche au « Gentil Garçon » Rosé millésimé 1990

Le « Gentil Garçon » propose ici un travail sur la représentation des couches géologiques du terroir et sur la minéralité propre à cette cuvée. Les strates sédimentaires sont suggérées sur l’étui par des éléments graphiques déclinés dans un camaïeu de rose irisé et parsemées de gemmes.

On imagine le bouquet fin et puissant qui caractérise ce millésime 1990, puis sur les fruits rouges et baies noires avec des fragrances de fruits exotiques.

 

Vous pourrez retrouver cette collection de magnums chez les cavistes au prix de 220€ le magnum (prix conseillé)

Le Global Champagne Day 2012 #Champagne Day

 

Le concept :

Le Global Champagne Day a été créé en 2010 par un blogueur américain, Christian Oggenfuss (http://blog.vintuba.com), le concept est simple, se réunir, déguster du Champagne et partager ses émotions sur les réseaux sociaux avec le tag #ChampagneDay sur Twitter, Facebook, Google+, Pinterest, Flickr, Foursquare, Linkedin et plein d’autres.

 

Édition 2012 :

Cette année le Global Champagne Day aura lieu le 26 octobre et vous pourrez partager vos photos, vos notes de dégustation, vos expériences ou même des vidéos sur les réseaux sociaux en n’oubliant pas d’ajouter la balise #ChampagneDay afin que le monde entier puisse découvrir vos publications !

La balise #ChampagneDay vous permettra également de rechercher les publications des amateurs de Champagne du monde entier avec les outils suivant :

 

http://hootsuite.com/

http://twitterfall.com/

http://www.tweetdeck.com/

https://www.google.fr/

Rejoignez l’événement mondial #ChampagneDay et dégustez votre Champagne avec le monde 2.0 !

 

Champagne : Quand le marketing n’a pas sa place !

Quelle surprise de voir un tel article sur un site qui prône la communication sur le Champagne !

Le Champagne en cannette, une idée tout aussi originale qu’ inconcevable, tant au niveau historique, puisque le Champagne est commercialisé avec sa bouteille champenoise depuis le XVIIe siècle, mais également au niveau de l’image, la canette étant principalement utilisée pour les sodas et bières.

Imaginez remplacer le célèbre et universel Pop ! par un Pchitttt ! Quelle classe ! Les consommateurs seraient ravis de cette (r)évolution ?

Mais attention un argument de taille nous est présenté dans cet article, je cite :

« Et les potentialités semblent exister, au niveau européen tout au moins, où le marché des boissons en canette augmente plus vite que le marché mondial (269 milliards de canettes)
+ 61 % entre 1998/2010, contre 31 % au niveau mondial sur la même période. »

Pourquoi pas… le Coca Cola se vend bien en canette donc c’est un marché potentiel pour cette boisson réputée luxueuse qu’est le Champagne, cela tombe sous le sens …

Pour conclure, un Champagne en canette n’aurait aucune perspective d’évolution à cause de l’imperméabilité de ce contenant, cela apporterait des Champagnes fermés et totalement inexpressifs. Le vin est vivant et a besoin d’évoluer pour développer ses arômes, sa maturité et son profil. Et sans oublier que techniquement la prise de mousse dans une canette sera difficile sans parler du dégorgement …

Que l’on ce rassure, le CIVC (Comité interprofessionnel du vin de Champagne) ne laissera pas faire ce genre de chose, le cahier des charges Champagne étant très drastique, la canette n’est pas prête de voir le jour en Champagne.

 

 

Propulsé par WordPress & Blog du Champagne