Dégustation : Champagne Henri Giraud cuvée Code noir

Le Champagne Henri Giraud, cuvée Code noir est composé de 100% de pinot noir et élaboré en fût de chêne de la foret d’Argonne, le nom de la cuvée « Code noir » vient de « Code » pour le premier décodage au monde du génome de la vigne et « noir » pour le pinot noir.

À l’œil :

Jaune paille

Lumineux, avec de très beaux cordons de mousse et une fine effervescence

Au nez :

Généreux, vif

Un éclat d’arôme où il est presque difficile de les identifier au premier nez, mais on reconnait tout de même la fleur blanche et le côté frais des agrumes.

Le second nez nous fait découvrir des nuances pommes/poires confites.

Déjà le nez nous apporte quelques notes vineuses.

En bouche :

Éclatant et dense !

Très chaleureux, bouquet d’épice, cannelle, poivre blanc.

Une vinosité vraiment délicate et gourmande que j’apprécie beaucoup quand elle est bien maitrisée comme ceci !

Des notes boisées vanillées en fin de bouche.

Une longueur en bouche assez courte, mais qui révèle un côté mielleux et doux.

Prix : Environ 70€ l’unité

Précédent

Photo du Saran nature et de son château

Suivant

Le tirage en Champagne

  1. bacchus

    En tant qu’Argonnais d’origine, je suis content que les chênes servent à quelque chose et que la région soit impliquée dans l’élaboration d’un Champagne !
    Pas sûr que j’en goûte un jour, vu le prix, hélas.
    Merci pour la gorgée de rêve !

    • Admin

      Je vous remercie pour ce commentaire, oui la foret d’Argonne est très réputé pour la fabrication de fût de chêne.
      Certes le prix est d’environ 70€ la bouteille, mais en comparaison avec des cuvées de maison de Champagne le rapport qualité/prix est très bon.
      Mais je vous l’accorde, c’est une somme.

  2. Par respect pour la mémoire des millions de victimes de la traite négrier et de l’esclavage colonial, Par respect des descendants des esclaves, Pour une société respectueuse de la mémoire de ces différentes composantes

    Nous exigeons le retrait immédiat de de la cuvée «code noir» du marché.
    vue que cette homme ne connait pas sons histoire de France,alors ignorance donne ça
    L’extension du Code Noir
    Le Code Noir s’applique sur les colonies françaises des Antilles en 1685, de Guyane en 1704 et sur l’île de Bourbon, c’est-à-dire la Réunion, en 1723.

    Les sanctions pour les esclaves fugitifs
    L’article 38 du Code Noir comporte les sanctions qui sont données aux esclaves fugitifs :
    « L’esclave en fuite pendant un mois à compter du jour que son maître l’aura dénoncé en justice aura les oreilles coupées et sera marqué d’une fleur de lys sur une épaule. S’il récidive un autre mois pareillement du jour de sa dénonciation, il aura le jarret coupé et sera marqué d’une fleur de lys sur l’autre épaule. Et la troisième fois il sera puni de mort. »

    • Bonsoir Patricia,

      je suis Réunionnais d’origine (j’y ai vécu pendant 20 ans). Mes grands parents sont descendants d’esclaves.
      Le nom du produit évoque un fait marquant de l’histoire mais cela n’enlève rien à la qualité du produit, à l’origine de sont nom et de l’univers qui a été créé autour de celui-ci.
      Les homonymes existent mais ne se cannibalisent pas forcément.
      Si une agence d’intérim qui portait le même nom on pourrait y voir un mauvais humour mais là ce n’est pas dérangeant.
      On n’oublie pas l’histoire mais elle ne doit pas freiner le plaisir, la créativité et le partage autour du vin.

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress & Blog du Champagne