La Grande Année 2004 de Bollinger est arrivée !

Il m’était impensable de ne pas vous faire découvrir le nouveau millésime de la Grande Année !

La Grande Année, célèbre cuvée de la maison Bollinger est élaboré en petits fûts de chêne anciens afin de ne conférer aux vins ni goût de bois ni tanin, pour que s’expriment aux mieux leur complexité aromatique et leur potentiel de vieillissement.

Il faut pour cela à l’origine, des vins d’une qualité exceptionnelle : c’est pourquoi les raisins entrant dans l’élaboration des millésimes de La Grande Année proviennent à 100% de Grands et Premiers Crus. Après la mise en bouteille, la prise de mousse et la lente maturation en cave s’effectuent sous bouchage liège afin de les protéger au mieux de l’oxydation et de préserver ainsi la fraîcheur des vins, le bouquet et la netteté de leurs arômes. Le mûrissement sur lies dure au moins 6 ans et parfois davantage.

Après remuage et dégorgement manuels pour gouter la mousse et déceler s’il y a un goût, La Grande Année bénéficie d’un dosage faible (de 7 à 9 g/l) puis repose encore trois mois au moins en cave avant expédition, le temps de permettre au vin d’assimiler la liqueur d’expédition et de retrouver son équilibre. Ces partis pris de vinification, rares en Champagne, signent à la fois le style Bollinger et une exigence absolue de respect et de qualité des raisins et des vins.

 

La Vendange 2004 vue par Bollinger :

L’année viticole s’est caractérisée par les faits suivants :

• La température moyenne annuelle est inférieure à celle de 2003 – année caniculaire – mais aussi à la moyenne décennale en Champagne. Le débourrement intervient classiquement vers mi-avril.

• La pluviométrie annuelle en 2004 est très en dessous de la normale champenoise. En revanche,les quinze derniers jours du mois d’août sont très pluvieux.

• Dans une ambiance où les ravageurs de la vigne sont assez discrets, l’oïdium fait une apparition précoce et massive. De nombreux dégâts sont constatés jusqu’à la vendange, particulièrement dans les parcelles de Chardonnay.

• Malgré un bref épisode de gel fin mai, le potentiel de production – estimé par le comptage de grappes par pied – est important.

• Les pluies de fin de saison font gonfler les raisins et, malgré un mois de septembre sec et venteux, la vigne peine à faire mûrir cette récolte.

• La vendange débute donc fin septembre pour se prolonger jusqu’à mi-octobre. L’été indien permet à la Champagne de récolter des raisins indemnes de botrytis.

• Chez Bollinger, la vendange s’étale sur 2 semaines du 25 septembre au 8 octobre.

• Le rendement moyen à la vendange dans le vignoble Bollinger est de 16 898kg/ha, pour un degré moyen de 9,8° et une acidité de 7,3 g/l.

 

Le prix de la Grande Année est modifié avec la sortie de ce millésime 2004, vous la trouverez au prix moyen de 100€.

Précédent

Champagne Henriot, Trilogie Artistique des Rosés Millésimés

Suivant

Dégustation : Champagne Jacquesson, Aÿ – Vauzelle Terme 2002

  1. Merci pour la mise à jour. Je ne manquerai pas de le vérifier bientôt.

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress & Blog du Champagne