Étiquette : Champagne Bollinger

La Grande Année 2004 de Bollinger est arrivée !

Il m’était impensable de ne pas vous faire découvrir le nouveau millésime de la Grande Année !

La Grande Année, célèbre cuvée de la maison Bollinger est élaboré en petits fûts de chêne anciens afin de ne conférer aux vins ni goût de bois ni tanin, pour que s’expriment aux mieux leur complexité aromatique et leur potentiel de vieillissement.

Il faut pour cela à l’origine, des vins d’une qualité exceptionnelle : c’est pourquoi les raisins entrant dans l’élaboration des millésimes de La Grande Année proviennent à 100% de Grands et Premiers Crus. Après la mise en bouteille, la prise de mousse et la lente maturation en cave s’effectuent sous bouchage liège afin de les protéger au mieux de l’oxydation et de préserver ainsi la fraîcheur des vins, le bouquet et la netteté de leurs arômes. Le mûrissement sur lies dure au moins 6 ans et parfois davantage.

Après remuage et dégorgement manuels pour gouter la mousse et déceler s’il y a un goût, La Grande Année bénéficie d’un dosage faible (de 7 à 9 g/l) puis repose encore trois mois au moins en cave avant expédition, le temps de permettre au vin d’assimiler la liqueur d’expédition et de retrouver son équilibre. Ces partis pris de vinification, rares en Champagne, signent à la fois le style Bollinger et une exigence absolue de respect et de qualité des raisins et des vins.

 

La Vendange 2004 vue par Bollinger :

L’année viticole s’est caractérisée par les faits suivants :

• La température moyenne annuelle est inférieure à celle de 2003 – année caniculaire – mais aussi à la moyenne décennale en Champagne. Le débourrement intervient classiquement vers mi-avril.

• La pluviométrie annuelle en 2004 est très en dessous de la normale champenoise. En revanche,les quinze derniers jours du mois d’août sont très pluvieux.

• Dans une ambiance où les ravageurs de la vigne sont assez discrets, l’oïdium fait une apparition précoce et massive. De nombreux dégâts sont constatés jusqu’à la vendange, particulièrement dans les parcelles de Chardonnay.

• Malgré un bref épisode de gel fin mai, le potentiel de production – estimé par le comptage de grappes par pied – est important.

• Les pluies de fin de saison font gonfler les raisins et, malgré un mois de septembre sec et venteux, la vigne peine à faire mûrir cette récolte.

• La vendange débute donc fin septembre pour se prolonger jusqu’à mi-octobre. L’été indien permet à la Champagne de récolter des raisins indemnes de botrytis.

• Chez Bollinger, la vendange s’étale sur 2 semaines du 25 septembre au 8 octobre.

• Le rendement moyen à la vendange dans le vignoble Bollinger est de 16 898kg/ha, pour un degré moyen de 9,8° et une acidité de 7,3 g/l.

 

Le prix de la Grande Année est modifié avec la sortie de ce millésime 2004, vous la trouverez au prix moyen de 100€.

Plus de précisions sur le nouveau flacon «1846» du Champagne Bollinger

 

Dans un article précédent (cf: Le Champagne Bollinger présente son nouveau flacon) , j’évoquai le nouveau flacon qui sera utilisé à terme pour toute la gamme du Champagne Bollinger. Suite à cela, j’ai obtenu quelques informations supplémentaires que j’ai jugé importantes à préciser sur ce nouveau flacon.

Tout d’abord sur le nom du flacon, nommé « 1846 », pourquoi cette date ? Tout simplement car c’est un flacon qui a été inspiré d’une bouteille du XIXème siècle retrouvée dans les caves de la Maison et datée de 1846, c’est la plus ancienne bouteille identifiée à ce jour.

Ce nouveau flacon est également baptisé « Petit Magnum » car l’objectif de ce galbe de l’ancien flacon retrouvé dans les caves de la maison est un équilibre parfait d’un petit magnum aux courbes plus esthétiques que la bouteille champenoise indique Mathieu Kauffman, chef de cave de la maison. La vraie particularité de ce nouveau flacon c’est de s’approcher de la forme d’un magnum, col plus fin et une basse plus large, ce qui aura comme effet de ralentir les échanges entre l’air et le vin et donc offrir une qualité du style Bollinger supérieur.

Autre précision, cette bouteille n’est pas allégée, elle fait le même poids que la précédente.

Bollinger a fait un tableau pour mieux comprendre la nouvelle bouteille 1846.

 

 

La bouteille 1846 ce déclinera en demi-bouteille, bouteille, magnum et jéroboam présentés ci-dessous.

Le Champagne Bollinger présente son nouveau flacon

La maison Bollinger dévoile son nouveau flacon !

Le Champagne Bollinger a toujours été très conservateur. Les évolutions au sein de cette maison ont toujours été très mûrement réfléchies et très précises, ce changement de flacon est un véritable bouleversement.

Ce nouveau flacon a été baptisé « 1846 »,  Bollinger aime le surnommer de « Petit Magnum » qui n’est pas sans rappeler que Bollinger embouteille la totalité des vins de réserve dans des magnums, une spécificité unique en Champagne.

La première cuvée qui bénéficiera de la bouteille « 1846 » est la Special Cuvée qui est l’emblème de la maison et sera commercialiser dès à présent. Ensuite viendra la Bollinger Rosé, La Grande Année, la Grande Année Rosé, Bollinger RD et également la cuvée Vieilles Vignes Française. La côte aux enfants et le coteaux champenois du Champagne Bollinger conserveront leur flacon d’origine.

La célèbre maison d’Ay déclinera le flacon « 1846 » en demi-bouteille, bouteille, magnum et jéroboam.

 

L’histoire du Champagne Bollinger

Une histoire de famille :

L’histoire de Bollinger commence lorsque la famille Hennequin de Villermont s’installe à Ay en 1650. Dès les années 1700 la famille produit déjà un Champagne (vin mousseux à l’époque).

Après son retour de la guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique, Athanase Louis Emmanuel Hennequin (Comte de Villermont) officier de la marine, s’associe en 1829 avec Paul Renaudin et Jacques Joseph Bollinger dans la fabrication de ce vin mousseux qui deviendra plus tard un Champagne de grande renommée. Pour des raisons aristocratiques Louis Emmanuel Hennequin (Comte de Villermont) ne souhaite pas faire apparaitre son nom sur les bouteilles : la marque « Bollinger-Renaudin » voit donc le jour. Après la mort de Paul Renaudin, sans enfant, le nom Renaudin reste sur la marque jusque dans les années 1960.

En 1837 Jacques Joseph Bollinger épouse Charlotte de Villermont, ensemble ils auront 4 enfants, Joseph, Georges, Marie et Henriette.

C’est grâce aux 2 garçons de Jacques Joseph Bollinger, Joseph et Georges que la maison va prendre un réel tournant. Ils achètent plusieurs vignobles pour agrandir le domaine. Par la suite les commandes de plusieurs cours royales européennes leur créent une notoriété.

En 1918, après la guerre le fils de Georges Bollinger, reprend la maison Bollinger. Il s’appelle Jacques, comme le premier prénom de son grand père.

En 1923, Jacques Bollinger épouse Elizabeth Law de Lauriston Boubers, de son surnom Lily. Son père étend le domaine familial en rachetant des terres pour arriver à 165 hectares de nos jours.

Portrait de Elizabeth Bollinger exposé dans la maison du Champagne Bollinger


Après le décès prématuré de son mari Jacques Bollinger, Elizabeth Bollinger prend donc les reines de la maison. Celle que l’on surnommait « Tante Lily » qui avait pris pour habitude de sillonner les vignes à bicyclette a marqué l’histoire du Champagne Bollinger, quelle dirigea jusqu’en 1971.

C’est notamment elle qui avec le millésime 1969 créa la célèbre cuvée « Vieille vigne française » qui a la particularité d’être conçue avec 2 parcelles de Pinot Noir franc de pied, c’est-à-dire sans greffage. La 3éme parcelle a été arrachée il y a peu car le phylloxéra encore présent dans les sols a décimé cette parcelle dit de « Croix Rouge » sur la commune de Bouzy.  La production était d’environ 3000 bouteilles jusqu’en 2006, après le clos ne pourra plus produire que 2000 bouteilles.

C’est aussi elle qui fera la cuvée « Grande année » ce qu’elle est actuellement, c’est-à-dire produite seulement lors des meilleurs millésimes. Elle est vieillie au moins 5 ans en cave avec bouchage liège, une fermentation en petits fûts qui sont chers au Champagne Bollinger et surtout à son style. C’est à partir de la cuvée « Grande Année » que Lily Bollinger conçut la cuvée R.D (Récemment Dégorgée). C’est en fait une cuvée « Grande Année » qui passe au minimum 8 ans en cave sur lies, sur les levures qui ont permises la prise de mousse, ce qui donne à la cuvée R.D des arômes plus précis, voluptueux et plus fins.

De nos jours Bollinger est synonyme de luxe, de savoir-faire. Les Champagnes Bollinger apparaissent dans les films de Ian Fleming où le Champagne préféré de James Bond n’est autre que la Grande Année.

 

 

Bollinger lance son magazine en ligne : Life Can Be Perfect

La maison Bollinger vient de sortir son nouveau magazine en ligne intitulé : LIFE CAN BE PERFECT. Ce magazine va faire découvrir aux amateurs de champagne la philosophie Bollinger et son art de vivre. La Maison Bollinger ouvre avec ce magazine une fenêtre privilégiée sur son univers et ses activités : espace de partage, de découvertes et de rencontres.

Ce magazine permet aux visiteurs de voyager au cœur de la Maison et de son actualité, en France et à l’international, à la rencontre des hommes et des femmes qui contribuent à son essor depuis sa création en 1829.

 C’est un magazine riche d’une actualité partagée très régulièrement et faisant la part belle à la connivence avec ses lecteurs, les informations sur la Maison Bollinger.

Lien du magazine : LIFE CAN BE PERFECT

 

Propulsé par WordPress & Blog du Champagne