Étiquette : champagne henri giraud argonne 2002

Dégustation : Champagne Henri Giraud, Cuvée Argonne 2002

La nouvelle cuvée Argonne 2002 du Champagne Henri Giraud est composée de 75% de Pinot Noir et 25% de Chardonnay. Cette cuvée a été en totalité vinifiée et élevée en fûts de chêne provenant de la forêt d’Argonne. Les chênes utilisés pour la fabrication des fûts ont été sélectionnés par le merrandier Camille Gauthier.

La bouteille est fermée à l’aide d’une agrafe (ancien système de fermeture pour le tirage sur liège et vieillissement en cave) dorée à l’or fin.

La bouteille dégustée portait le numéro 0519

À l’œil :

Une belle couleur or prononcée presque orangée

Fines bulles, le cordon est élégant

Au nez :

Premier nez très épanoui et ouvert

D’une complexité généreuse et rare

Très expressif, sur des notes vineuses et boisées

En bouche :

Belle attaque, sur des notes élégantes d’oxydation et boisées

Les fruits à coques, noisettes, noix viennent dominer le palais

Puis des arômes de pommes bien mûres viennent charmer le palais et apporter une magnifique texture soyeuse

Une structure typique des Pinots Noirs d’Aÿ, un Champagne structuré et charpenté

Une longueur en bouche merveilleuse toujours sur des notes vanillées et boisées

 

Une cuvée magnifique, qui cumule une année 2002 extraordinaire, une majorité de Pinot Noir Grand Cru d’Aÿ et pour finir un bois sélectionné uniquement pour l’élaboration de cette cuvée.

Prix : Environ 215 € l’unité

Dégustation des Vins Clairs Acte V du Champagne Henri Giraud

 

La dégustation des Vins Clairs Acte V du Champagne Henri Giraud se tenait le lundi 18 juin dans les locaux de la maison à Aÿ. Au menu de cette journée exceptionnelle : nouveautés, découvertes et plaisirs.

Le public, déjà conquis et adepte de Champagne était composé de restaurateurs, cavistes et importateurs.

Sans oublier Claude Giraud et son équipe qui animaient cette dégustation tout au long de cette journée; Camille Gauthier le désormais célèbre merrandier qui choisit le bois des fûts du Champagne Giraud, Ludovic Couvreur l’artiste graveur qui avec sa pointe en diamant grave les flacons des cuvées de la maison et bien d’autres comme la tonnellerie Chassin, l’architecte et artiste plasticien Gérard Batalla.

C’est à 9h30 que la dégustation de vins clairs commence, à partir de ce moment le charme opère.

 

Vin n°1, vendange 2011 :

Citronné, gourmand, boisé, avec une belle attaque, une très jolie matière à la fois puissante et élégante. Suivie d’une belle rondeur élégante et raffiné. Bonne longueur en bouche sur la vanille. 100% Chardonnay d’Aÿ. Fermentation malo-lactique faite. Vinification en barrique de 5 ans.

Vin n°2, vendange 2011 :

Boisé, torréfié, avec une rondeur sur les épices (cannelle, curcuma). Gras élégant, mais laisse place à une belle fraîcheur sur des arômes floraux de type fleur blanche.

100% Chardonnay d’Aÿ. Barrique neuve de la forêt de Saint-Palais.

Vin n°3, vendange 2011 :

Chaleureux avec une belle rondeur. Oxydation très élégante, salin, amère. Une longueur en bouche exceptionnelle. Ce vin est sur une phase fermé, mais le potentiel est là. Un vin qui demande du temps. 100% Chardonnay. Vinifié et élevé en cuve ovoïde.

Vin n° 4, vendange 2011 :

Boisé, épicé, un vin puissant et fruité. Très beau corps avec des arômes de marrons et noisettes. Une puissance qui reste élégante et très fine.

100% Pinot Noir. Vinifié en barrique neuve de la foret de Beaulieu en Argonne.

Vin n° 5, vendange 2011 :

Boisé, puissant, tout en tension avec une belle salinité. Toujours ce côté épicé. Longueur en bouche respectable.

100% Pinot Noir. Vinifié en barrique neuve de la foret d’Argonne.

Vin n° 6, vendange 2011 :

Puissant, notes d’oxydation très fines et légères sur pommes, mûres et noix. Un vin qui a de la retenu, mais qui charme de par son potentiel futur.

100% Pinot Noir. Vinifié et élevé en cuve ovoïde.

Comparaison : L’impact des différents terroirs de chêne sur le vin

Cet exercice a été mis en place par Claude Giraud : « Le terroir est aussi important pour la vigne que pour le chêne ».

L’exercice consiste à comparer les vins n°4 et n°5, ces 2 vins provenant de la même parcelle sont identiques, la seule différence se situe au niveau du contenant :

– Pour le n°4, vinifié en barrique neuve de la forêt de Beaulieu en Argonne

– Pour le n°5, vinifié en barrique neuve de la forêt de Châtrices en Argonne

Seulement 5 km séparent ces 2 forêts, les barriques ont bénéficié de la même chauffe.

Les conclusions après dégustation, Beaulieu est plus puissant que Châtrices, plus épicé avec un boisé plus important, alors que Châtrices est plus délicat, avec des arômes boisés plus fondues.

L’objectif de cette dégustation est de prouver que la traçabilité des bois utilisés pour la fabrication des fûts est importante, ce n’est pas Camille Gauthier le merrandier qui vous dira le contraire, cela fait 64 ans qu’il travaille le bois avec traçabilité.

Les vins élevés en cuve ovoïde demandent du temps

Les vins clairs élevés en cuve ovoïde sont étonnants de par leurs retenues qui laissent tout de même transparaître un très bon potentiel, je pense que lorsqu’ils ont été dégusté ils étaient dans une phase légèrement fermée.

Il faut donc attendre pour pouvoir réellement découvrir comment évolue les vins dans ces cuves.

La première impression reste une rondeur maîtrisée.

Présentation de la prochaine cuvée phare du Champagne Henri Giraud, Argonne 2002

 

La cuvée Argonne 2002 du Champagne Henri Giraud a été présentée en avant-première, elle met l’accent sur la vinification en fût de chêne de la foret d’Argonne.

Cette nouvelle cuvée va apporter des changements dans la gamme, puisque l’actuelle cuvée Fût de Chêne deviendra non millésimée pour laisser à la cuvée Argonne les meilleurs millésimes.

Ps : Vous retrouverez en exclusivité le commentaire de dégustation de la cuvée Argonne 2002 d’ici quelques jours sur le Blog du Champagne.

 

Propulsé par WordPress & Blog du Champagne