Bouchon provenant du lot de bouteilles retrouvées dans la mer Blatique

On voit la marque Juglar inscrite sur le bouchon avec une ancre similaire au logo Veuve Clicquot.

 

C’est début 1800 que l’histoire du Champagne Juglar commença.

François-Felix Juglar et Memmie Jacquesson s’associent dans le commerce des vins mousseux (à cette époque le mot mousseux désignait les vins de Champagne).

Leurs premiers travaux ont été d’acheter un terrain pour y faire construire leurs futures caves, ils recherchaient une parcelle de terrain escarpée pour faciliter la construction de leurs caves.

Les Hopitaux Unie de Châlons avaient justement mis en vente une parcelle située sur le flan de la butte du Mont-St-Michel, c’est à ce moment que les 2 associés ont décidé d’acheter la parcelle.

En 1802 les travaux de construction des caves commencèrent, le plus gros travail a été de creuser dans la falaise de craie du Mont-St-Michel afin de pouvoir jouir d’une température constante dans les futures caves.

 

Ensuite, la société prit rapidement de l’extension, le commerce des vins mousseux de Champagne étaient à cette époque favorisé par les guerres napoléoniennes qui propageaient dans toute l’Europe l’art de vivre à la Française.

Napoleon Bonaparte lui-même appréciait « Le bouquet et la saveur fruitée d’une flûte de Jacquesson ». Napoléon à de nombreuses reprises eu l’occasion de boire des vins de Champagne, au lendemain de Wagram, aux Tuileries, à son mariage avec Marie-Louise ou encore à la naissance d’Aiglon (futur roi de Rome).

Entre 1805 et 1810 Jacquesson et Juglar étendaient leurs commercialisations, ils expédiaient leurs vins dans plusieurs pays du nord notamment, principauté Allemande, pays scandinaves, Autriche et Pologne.

Le 29 mars 1829, François-Felix Juglar vendait à Memmie Jacquesson sa part sur les constructions et les caves construites en commun depuis 1802 pour la somme de 12 000 francs.

Ceci sonnait la dissolution du Champagne Juglar ainsi que sa marque et la marque « F.F. Juglar » disparue.